Trouvez votre hébergement

Secrets de... Carnoules

Départ : Parking du 19 mars 1962
Distance : 950 m

La fin du 14ème siècle en Provence est marquée par les luttes intestines de succession à la Reine Jeanne, comtesse de Provence, assassinée dans les Abruzzes. A cette époque, le castrum médiéval de Château Royal, implanté au sommet de la Vière, conduit le destin de la communauté de Carnoules.

Plus à l’est, Carnoules n’est alors qu’un hameau installé sur les contreforts d’une colline. Le vicomte de Turenne qui revendiquait les terres de son père confisquées par le parlement de Provence après la mort de Jeanne, fait trembler le Var.
En 1393, ses bandes armées pillent Château Royal et brûlent le hameau. Les populations durent leur salut à Pignans mieux défendu. La terreur fut certainement très importante car il fallut attendre plus de cent ans pour que le terroir de Carnoules se repeuple malgré de nombreuses sollicitations comme les exonérations de taille consenties en 1475 par le roi de René.
En 1560, le village de Carnoules est érigé en paroisse en lieu et place du hameau primitif.

Autre date qui a marqué la commune : 1874. Cette année là, un relais permanent de locomotives est installé sur la nouvelle ligne de la compagnie du PLM (Paris-Lyon-Méditerranée). Jusqu’à la grande guerre, tous les trains en provenance de Nice ou de Marseille s’arrêtaient à Carnoules pour changer de locomotive. Le dépôt comptera jusqu’à 100 motrices et plus de 400 cheminots qui s’afféraient dans les ateliers ou sur les quais.
En 1944, il fut la cible des bombardements américains. La concurrence de la route, dès les années 1930, et l’électrification du réseau dans les années 1960 sellèrent la fin d’un siècle d’intense activité ferroviaire dans le village. Carnoules, cité des cheminots, résonne encore du brouhaha des voyageurs qui attendaient au buffet de la gare que leur train reparte; époque pas si lointaine où les déplacements s’effectuaient essentiellement par le rail.